LA CÂLINOTHÉRAPIE

 

Une prescription pour le bonheur et la santé

 

Qu'est-ce que la Câlinothérapie ? Quels sont les bienfaits des câlins sur la santé ?

Les récentes découvertes montrent que le câlin améliore notre bien-être par la libération de l'hormone du bonheur : l'ocytocine, et entraîne une chute du taux de cortisol, l'hormone du stress. Face à cette demande d'un genre nouveau, les propositions fleurissent : des "free hugs" aux bars à câlins, des animaux à caresser... Tout est prétexte à câliner et se faire câliner.

Pourquoi les câlins sont-ils indispensables à notre équilibre ?
Le câlin est le principal moyen qu’utilise un être humain lorsqu’il veut démontrer son affection. Prendre quelqu’un dans ses bras est un geste simple, mais bien moins anodin que l’on pourrait le penser. Les neuropsychologues, évoquent ses nombreux bienfaits.

Pourquoi les câlins nous font du bien ?

La raison, c’est qu’un câlin va libérer une hormone : l’ocytocine. On l’appelle hormone de l’attachement, ou hormone du bonheur. Cela se produit dès que l’on prend dans ses bras, ou que l’on est pris dans les bras de quelqu’un pendant au moins quelques secondes. Produite par le cerveau, elle a un effet d’apaisement et engendre une sensation de lâcher prise et de bien-être immédiat. Elle fonctionne lorsque l’on est en état de sécurité et de plénitude. C’est bien évidemment le cas lors d’un câlin, mais cela peut aussi se produire lorsque l’on est allongé sur une plage au soleil, ou lors de la découverte d’un endroit merveilleux et aussi pendant une méditation . C’est l’antagoniste de l’hormone du stress, la cortisone. Mais ce n’est pas seulement une question hormonale. Les câlins nous font énormément de bien, car ils nous renvoient vers notre enfance. 
Celui qui est câliné, pris dans les bras de quelqu’un, en sécurité. Et lorsqu’une personne nous adresse un geste assimilable à de la bienveillance et à de l’amour, on est envahi par un sentiment de bien-être,

Que disent les recherches en neuroscience ?
Elles éclairent le rôle des neurones miroir. Quand l’autre en face de nous réaliser une action, cela éveille la même chose en nous au niveau de notre activité neuronale. Par exemple, si j’observe quelqu’un qui se gratte ou qui baille, je vais avoir envie d'en faire autant. De la même manière, si je vois quelqu’un me prendre dans ses bras, je vais ressentir quelque chose de l’ordre de la bienveillance, de compassion, de l’amour du positif. Je, je vais être automatiquement en confiance.
Au niveau de la peau, les corpuscules tactiles - des petits récepteurs (comme le duvet)- nous permettent d’envoyer un message sensitif pour lui indiquer le bien-être que l’on ressent lorsque l’on est touché. On se sent alors beaucoup plus apaisé.

Qu’est-ce que l’on entend exactement par câlin ?
Un câlin, c’est prendre complètement l’autre dans ses bras. Même si cela n’a absolument rien de sexuel. Même si parfois (selon la sensibilité de chacun) l’énergie sexuelle vient à se mettre en éveil le fait de se mettre contre l’autre, dans sa chaleur, contre son corps permet de réactiver notre carte sensorielle sans tabou, ni ambiguïté, arrêtons de nous « voiler la face » L’énergie sexuelle lorsqu’elle circule abondamment dans notre corps cette énergie monte tout le long de la colonne par des canaux ultra-sensibles jusqu’au cerveau. Ce type d’énergie se développe et se dilue dans la masse cérébrale ouvrant notre pouvoir à la psyché, n’oublions pas quelle énergie sexuelle est la source de la vie, la source de la créativité.

Les câlins, favorisent-ils les liens sociaux et sont-ils efficace face au stress ?

Exactement. Lorsque l’ocytocine est activée, on va beaucoup plus vers l’autre, on a moins peur. On se sent existé aussi, être touché, c’est ne pas être seul. La durée du câlin n’a pas de limite que ce ne soit qu’un court instant ou « plusieurs heures » , pendant ce temps-là, on se sent reconnecté à quelqu’un. C’est ainsi un antidépresseur naturel qui va agir sur notre émotionnel...

Pourquoi est-ce si difficile, dans notre société, de prendre quelqu’un dans ses bras ?
Parce que l’on a peur des réactions. Ce n’est jamais facile d’aller vers l’autre, on a toujours l’impression qu’il peut nous repousser . Ce sentir rejeté, c’est ce qu’il y a de pire. C’est pour cela qu’il est parfois plus facile de câliner un animal. On ne craint pas qu’il puisse le faire. Et si au bout d’un moment, ils s’en vont, c’est notamment le cas avec les chats, nous ne pensons pas que c’est grave. Ce n’est pas parce qu’ils nous jugent, mais seulement parce qu’ils en ont reçu suffisamment.

Que l’on fasse ou que l’on reçoive des câlins : le fonctionnement est le même ?
Oui, parce que l’on est dans le partage, dans l’échange de tendresse.
Quand on donne des câlins, on reçoit de l’autre.

Charles HEDER : 
Energéticien – Relaxologue – Câlinothérapeute sensualiste
Sur rendez-vous : 067555256

CE NE SONT PAS LES ÊTRES PARFAITS, MAIS LES ÊTRES IMPARFAITS QUI ONT BESOIN D'AMOUR. C'EST QUAND NOUS NOUS SOMMES BLESSÉS DE NOS PROPRES MAINS, OU QUAND NOUS AVONS ÉTÉ BLESSÉS PAR DES MAINS ÉTRANGÈRES, QUE L'AMOUR DEVRAIT NOUS APPORTER SES SOINS. SANS CELA À QUOI L'AMOUR SERAIT-IL BON ?

Chaque humain a besoin de se sentir apprécié, valorisé, approuvé, aimé.

Abraham Maslow

________________________________________________________________________

Toute l’histoire de l’humanité est l’histoire du besoin d’aimer et d’être aimé.

Jean-Paul II (Extrait du Message aux jeunes de France, 1980)

Aime la vie et la vie t’aimera.

  Aime les gens et les gens t’aimeront.

  Arthur Rubinstei

Montage vidéo / Textes audio / Réalisation film: Charles HEDER